L'éducation au Burkina Faso

Des conditions d'enseignement exceptionnelles

Progression des élèves Koudougoulais.

"Eduquer un enfant c'est bâtir une nation", l'objectif que s'est fixé l'association Laafi en créant la maternelle est de préparer les futures générations avec une éducation complète dès la petite enfance.

En effet, même si scolariser son enfant au primaire ou au secondaire s'avère utile, la plupart de nos dirigeants ou de nos populations disposent de moins d'ambition en matière d'éducation de la petite enfance, qui selon la législation scolaire est le premier niveau d'éducation au Burkina Faso en raison de son importance d'éveil et de cycle primaire.

 

 

 

 

A la rentrée, 35 enfants sur 40 sont passés en moyenne section. Les 5 abandons recensés sont le résultat de différentes difficultés rencontrées par les familles:

 

- La distance entre l'école et le foyer familiale devenue un obstacle trop grand

 

- Les illusions des parents qui s'attendaient une plus grande aide tel que l'approvisionnement en denrée alimentaire par exemple.

 

- Ou tout simplement l'affectation de l'enfant dans une autre structure éducative. Certains parents souhaitent inscrire leur enfant le plus tôt possible au primaire, et ainsi préfèrent éviter l'étape importante que représente l'enseignement préscolaire. Les représentants de la maternelle s'efforcent alors de prouver l'importance de ces années d'éveil pour l'enfant afin qu'il débute en classe de CP avec la maturité requise et toutes les clés de la réussite en main.

Trois salles de classe avec un tableau noir, cinq petites tables et leurs chaises, un bureau pour l'enseignant, des étagères de rangement, ainsi que des nattes.

Un espace jeux, des sanitaires, un bac à sable,un préau et les bureaux de l'administration

  • Devenez Parrain dès maintenant

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now